ENVIRONNEMENT

 HYDROGÈNE

 

L’hydrogène est un gaz non toxique. Il est également très énergétique : deux fois plus que l’essence et le gaz naturel et trois fois plus que le diésel. Il peut faire fonctionner différents moteurs et turbines. Dans des systèmes spécifiques appelés piles à combustible, l’hydrogène produit directement de l’électricité. Le seul résidu de cette réaction physique est de l’eau pure, sous forme de vapeur d’eau.

 

L’hydrogène peut être produit par électrolyse de l’eau grâce à de l’électricité fournie par les énergies renouvelables. Cet hydrogène, appelé alors hydrogène vert, permet de stocker et de réutiliser ultérieurement ces énergies, sans aucune pollution. L’hydrogène devient alors un vecteur énergétique de stockage qui permet de compenser l’inconvénient de l’énergie solaire ou éolienne : leur intermittence.

CEOG se base sur ce principe pour produire de l’électricité non polluante, même la nuit ou lorsque l’ensoleillement est réduit par temps nuageux.

 

L’hydrogène est un gaz industriel couramment employé et manipulé à grande échelle aujourd’hui dans de nombreux secteurs d’activité. Son utilisation est règlementée et les risques industriels sont maitrisés depuis 100 ans.

Le principe de fonctionnement de CEOG est détaillé ici.

 EMPREINTE ENVIRONNEMENTALE

 

L’empreinte environnementale de CEOG est réduite. En effet, le principe de fonctionnement d’une chaîne hydrogène (composée d'électrolyseurs, d'un stockage et de piles à combustible) ne se base pas sur une grande quantité de matière première rare, qu'il faut extraire puis  transformer, ni sur un processus électrochimique polluant dont les produits sont difficiles à recycler. Une chaîne hydrogène est composée principalement de métal recyclable. Elle utilise de l’eau, produit de l’oxygène, de l’hydrogène et restitue de l’eau pure en fin de cycle.

 

L’infrastructure prenant place en partie dans des containers, l’installation sur le site est simple et nécessite un génie civil limité. L’impact environnemental de l’installation en est d’autant réduit. La containérisation permet également de faciliter le démantèlement en fin de vie. Celui-ci aura un impact faible puisque le système est principalement composé de métal, qui sera recyclé au travers de la filière métallique classique.

 

Enfin, la production annuelle électrique de CEOG sera autour de 50 GWh par an. Ce qui correspond à la consommation électrique annuelle moyenne d’environ 10 000 foyers.

Selon les sources de l’ADEME, par comparaison avec une centrale thermique diésel conventionnelle assurant un service équivalent, CEOG évite le rejet dans l’atmosphère de 39 000 tonnes de CO2 par an.